Direction l’Italie du Sud dans le talon de la botte pour visiter les Pouilles ! Une région aux nombreux atouts (balnéaire, culturelle, gastronomique), qui nous faisait de l’oeil depuis quelques années. Pour cette aventure, nous avons suivi un itinéraire sur-mesure concocté par l’agence Les Maisons du Voyage, expert multi-destinations depuis 30 ans. À la recherche d’une escapade européenne tout en douceur et au soleil pour retarder l’arrivée de l’hiver, c’est au mois de novembre que nous avons exploré les Pouilles. Dans cet article de blog, nous vous partageons notre itinéraire d’une semaine détaillé jour par jour. Découvrez les incontournables choses à faire et lieux à voir dans les Pouilles, ainsi que nos conseils et infos pratiques pour visiter cette destination italienne très appréciée. Nous répondons aussi à vos principales questions que vous nous avez posées sur les réseaux sociaux. Bonne découverte et lecture !

 

_______________________

 

7 jours pour visiter les Pouilles, notre itinéraire détaillé

(Vous pouvez cliquer directement sur l’étape qui vous intéresse ou alors faites dérouler pour lire l’article au complet) 

Organiser un voyage dans les Pouilles : nos infos pratiques et retour d’expérience

Notre itinéraire jour par jour pour visiter les Pouilles

 

Carte des Pouilles, Bestjobers Blog

 

 

PARTIR AVEC LES MAISONS DU VOYAGE ? 

 

Cadeau de bienvenue Les Maisons du Voyage

 

Qui sont-ils? Les Maisons du Voyage sont des experts du voyage d’exception sur-mesure depuis plus de 30 ans. Leur histoire débuta avec l’ouverture de La Maison de la Chine, plus qu’une agence de voyage c’était dès sa création une maison de thé raffinée et un lieu d’inspiration pour rêver avant le départ. Les Maisons du Voyage proposent également tout un programme culturel et notamment des visioconférences. Depuis, les grandes destinations / continents ont été déclinés selon le même modèle avec pour chacun des conseillers expert créateur de votre voyage. Aujourd’hui c’est une toute nouvelle agence qui a ouverte il y a quelques mois sur la place Saint Sulpice à Paris. On voyage avant d’être parti quand on pénètre dans leur univers.

Une Maison qui ne nous est pas inconnue: en 2018, les Maisons du Voyage ont notamment porté notre projet de livre dédié à notre histoire en Australie, le Best job in the World et nos 100 coups de coeur.

Ce qui nous a séduit chez eux? Leur sérieux, leurs connaissances, leur adaptabilité: à l’écoute de nos envies pour un voyage qui nous corresponde. Nous avons été également sensibles à leur engagement pour un tourisme plus responsable. Labellisées ATR (Agir pour un Tourisme Responsable) depuis 2020, les Maisons du Voyage s’engagent en tant que voyagiste désireux d’améliorer l’impact de ses activités sur la planète et ses habitants. Nous avons apprécié les rencontres authentiques qui nous ont été proposées sur place. Ils ont aussi signé un partenariat avec la Fondation GoodPlanet de Yann Arthus Bertrand pour permettre de participer à la mise en oeuvre de projets de lutte contre le changement climatique au profit de populations défavorisées.

Comment se passe un voyage avec les Maisons? Elaboration de votre séjour en coordination avec un expert-créateur de votre destination, moments d’échanges et d’inspirations. Avant votre départ, vous recevrez une jolie pochette de voyage (réalisée par une jolie marque franco-indienne Jamini) avec à l’intérieur de belles petites attentions pour vous plonger déjà dans le rêve de votre séjour. Sans oublier un road book détaillé avec toutes les informations nécessaires au bon déroulement de votre voyage ainsi qu’un contact francophone sur place en cas de besoin. À votre retour, les Maisons vous offrent même un livre photo personnalisé pour prolonger votre périple de rêve sur papier 🙂

 

DEVIS GRATUIT

>> N’hésitez pas à consulter leurs offres en Italie dans les Pouilles et à leur demander un devis gratuit qui ne vous engage à rien.

 


 

LE BON PLAN / CADEAU @Bestjobers

Sachez que pour tout voyage réalisé (en Italie ou partout ailleurs dans le monde) avec Les Maisons du Voyage vous recevrez aussi notre dernier beau livre dédicacé par nos soins (n’oubliez pas de mentionner notre nom de blog)

Nos Escapades Insolites en France, la France comme vous ne l’avez jamais vue!  

 

Escapades Insolites en France Bestjobers

 

 

 

 


Visiter les Pouilles: 1ère fois : nos infos pratiques et conseils  

Nous sommes partis 1 semaine dans les Pouilles du 14 au 21 novembre 2022 (incluant les vols). Vols directs Paris – Bari pour gagner du temps sur place.

 

 

  • COMMENT ALLER DANS LES POUILLES?

Le plus rapide: en avion: plusieurs compagnies desservent les Pouilles

  • Vols direct Paris-Bari toute l’année (hors saison, vols plus rares)
  • Vous n’habitez pas à Paris, votre aéroport ne dessert pas Bari ? Sachez qu’il est possible de voler jusqu’à Naples également et de rejoindre Matera en 3h de route pour une 1ère étape également : à étudier selon votre point de départ.

 

Le plus éco-responsable: en train: plusieurs connections à adapter selon votre ville de départ. Prix attractifs par rapport à ce qu’on voit parfois pour le transport ferroviaire.

  • Ligne Paris-Lyon-Milan par exemple, puis liaison pour Bari. Il existe un train de nuit Milan-Bari. Se renseigner sur Trenitalia.com

 

En voiture/van: dans le cadre d’un road-trip de plusieurs semaines pour voyager en mode slow et autonome. Eviter la haute saison juillet/août en van. Certains d’entres vous l’ont fait et ont beaucoup apprécié.

 

 

  • COMBIEN DE TEMPS POUR VISITER LES POUILLES?

Nous avions des contraintes personnelles de temps (1 semaine seulement de disponible) et les vols directs en hors saison, novembre, étaient les lundi seulement, nous nous sommes ainsi calés sur ce créneau qui collait à nos impératifs. 7 jours pleins sur place offrent un premier et bon aperçu.

Cependant il a fallu faire des choix et laisser de côté plusieurs sites et lieux comme le nord de Bari avec le parc national du Gargano et les salines Margherita di Savoia. Au Sud, nous n’avons pas pu pousser jusqu’à la pointe du talon (Sta Maria di Leuca et Gallipoli notamment). Mais nous avons fait le choix de visiter Matera dans la région voisine du Basilicate, on ne regrette pas du tout ! Il faut tenir compte que nos journées de visite étaient courtes, on ne pouvait forcément pas en faire autant que si vous visitez en mai / septembre.

>> On recommande plutôt 10 nuits sur place pour voir davantage. 15 jours pour profiter du côté balnéaire avec les mers Adriatique et Ionienne, approfondir le côté culturel et prendre son temps de sortir des sentiers battus.

 

 

  • À QUELLE SAISON VISITER LES POUILLES ? 

Une question importante à se poser ! Nous avons tous nos impératifs pour voyager (vacances scolaires uniquement, période de l’année etc). Pour notre part, nous avions ce créneau de dispo en novembre et c’était pour nous une pause dans nos travaux au chalet Pinacéa. Une envie d’évasion pas trop lointaine pour changer d’air et prolonger la belle saison avant l’arrivée de l’hiver.

VERDICT? Novembre n’est pas le mois qu’on vous recommande. Pour plusieurs raisons:

  • Heure d’hiver, des journées très courtes avec un coucher du soleil à 16h00/16h30. Le soleil se levait par contre 1h plus tôt qu’en France, donc il fallait se lever à 6h30 pour profiter au maximum. Des temps de visites très raccourci sur place qui forcément nous limitait dans notre programme de découvertes.
  • Fermeture annuelle: nombreux commerces, hôtels, restos, bars affichent « Chiuso per ferie », fermé pour vacances après une longue saison estivale et avant la reprise en décembre pour les fêtes. Du coup, c’est un peu le mois « mort » et très calme. Certains sites au bord de mer étaient déserts comme Otrante, Polignano et d’autres. C’est compréhensible, juste frustrant de ne pas pouvoir tester des adresses sympas et profiter de l’ambiance.
  • Météo: novembre est instable, entrée dans l’hiver, pluie, vent, nuageux. En général, plus doux et clément qu’en France tout de même, nous avons eu entre 15 et 22 degrés selon les sites. Parfois 10, 2 jours de pluie sur 7. Les années se suivent mais ne se ressemblent pas pour autant. À cette époque, avec le soleil bas, il faut juste oublier le tourisme balnéaire.

 

Cependant, il n’y avait pas que des inconvénients. Tout doit toujours être nuancé. En novembre, nous avions le calme, la tranquillité, les sites pour nous seuls ou presque (appréciable dans des coins très touristiques comme Alberobello, le côte du Salento, Lecce). En saison, les parkings et entrées de sites naturels sont payants (quelques euros), pour nous c’était gratuit car personne. En saison, il est difficile de se garer, aucun souci pour nous. En saison, il fait très chaud et les visites peuvent être compliquées, pas pour nous !

En fait tout dépend de ce qu’on recherche 🙂 Après expérience sur place, toutes ces choses prisent en compte, vos retours d’expérience sur la destination, on vous recommande tout de même plutôt mi mai/début juin ou fin septembre/début octobre. afin de profiter davantage de tous les atouts des Pouilles.

 

 

  • COMMENT SE DEPLACER SUR PLACE ? VOITURE OBLIGATOIRE ? 

En transport en commun: 

Sachez qu’il est tout à fait possible de miser sur des transferts en bus ou en train si l’on se concentre sur les principaux points d’intérêt. Polignano a Mare, Monopoli, Alberobello, Lecce, Matera par exemple. Voyager en transport en commun vous évite aussi d’avoir à payer tous les stationnements payants en ville et de ne pas risquer d’amende dans les fameuses ZTL, Zona a Traffico Limitado. La hantise des voyageurs ! Il s’agit de restrictions mises en place dans les centres historiques des villes italiennes pour éviter l’engorgement. Seuls les résidents y ont accès. Des panneaux indiquent l’entrée dans ces ZTL (cercle rouge et blanc), les horaires d’interdiction. Si vous avez le malheur d’y pénétrer en voiture, une caméra enregistre votre plaque et vous aurez la belle surprise quelques mois plus tard de l’infraction dans votre boite aux lettres (130€ environ). Pas de panique, les hôtels avertissent en général et les panneaux sont quand même voyants. Il faut donc se stationner en dehors, rejoindre à pied votre hébergement s’il se trouve dans la ZTL. Nous payons les parking avec l’appli présente sur l’horodateur (jusqu’à 1€ l’heure à Matera, cela représente un petit budget si l’on reste plusieurs jours). De plus, on avoue ne pas avoir été charmés plus que ça par la campagne hors des sites phares. Contrairement à un road trip en Toscane, pour lequel on se rappelle avoir été beaucoup plus émerveillés en conduisant. Attention, nous n’avons pas non plus parcouru toutes les Pouilles, c’est une remarque très personnelle sur les seuls trajets effectués. Du coup on se dit qu’avec un bus ou un train, nous n’aurions pas été trop frustrés de ne pas pouvoir nous arrêter en chemin.

Point de vigilance location de voiture: 

Ceci étant dit, si vous voulez louer une voiture comme nous pour être libre de vos déplacements, méfiez vous des offres trop alléchantes sur internet ! Avec les loueurs, il peut y avoir fréquemment des problèmes lié au caution avec les cartes de crédit/débit. Personnellement, toutes nos cartes bleues visa sont écrit « débit » dessus et à l’étranger, ça pose souvent soucis car ils n’acceptent que des « crédit ». Bref c’est souvent des dialogues de sourds avec les loueurs et au résultat on se retrouve à payer beaucoup plus cher, notamment avec des assurances qui n’étaient pas prévues. Méfiance ! Dans notre cas, les Maisons du Voyage ont tout encadré avec Europcar qui est direct à l’arrivée à l’aéroport, nous avions le pack full assurance de prévu, ce qui était rassurant car on préfère vous le dire, la conduite n’est pas aussi « courtoise » qu’en France. Les reflex sont donc à acquérir vite sur la route, aux rond points et cédez le passage ^^. Bref, totale sérénité avec ce qu’ils nous ont proposé et aucun souci au moment de récupérer la voiture.

 

 

  • LES SPECIALITES CULINAIRES ?

L’Italie, pays de la gastronomie ! À chaque voyage c’est un régal ! Que ce soit aux Dolomites tout au nord qui compte le plus de chef étoilés du pays ou la Toscane où l’on a de très bons souvenirs des pastas ! Ici dans les Pouilles, régalez vous de burrata, spécialité locale. Nous avons visité une masseria (ferme) qui en produit, c’était très intéressant, à découvrir plus bas dans notre récit. Ici vous mangerez des orecchiette à toutes les sauces (pâte en forme de petites oreilles) et notamment servies avec des feuilles de brocoli-rave (« cime di rapa/e » en italien). Un des plats les plus populaires à la carte de tous les restos. On trouve beaucoup de cavatelli aussi, servi avec le ragu de viande ou encore en sauce tomate ou le navet encore. Les légumineuses sont aussi beaucoup cuisinées. Sur les cartes, on trouve très fréquemment, la purée de fave et cicoria (haricot blanc avec de la chicorée), bien bon comme une sorte d’houmous. Ils mélangent aussi pasta et pois chiches, des plats réconfortants qui tiennent au ventre ! Les fruits de mer et poissons sont aussi à l’honneur pour les amateurs. La mer n’est jamais loin dans les Pouilles. Région de production d’huile d’olive (40% de la production du pays), on la déguste sur du pain à l’apéro pour patienter. Vous goûterez aussi les taralli, biscuits secs pour l’apéro ou encore les panzerotti qui sont des chaussons de pâte à pizza fraîche, farcis avec de la mozza, des tomates, de la viande au choix ! On les trouve parfois frits ou cuit au four. Bref que de bonnes choses à apprécier selon les envies.

 

 

  • LE BUDGET pour visiter les Pouilles

Toujours délicat de parler de budget car cela dépend non seulement de la manière de voyager de chacun mais aussi de la saison de visite. Les Pouilles sont une région touristique et il y a toutes les gammes de prix et prestations (hôtels, restaurants etc).En pleine été avec la demande très forte, les prix augmentent forcément par rapport au hors saison. De notre côté, c’est l’agence des Maisons du Voyage qui a géré cette partie mais voici quelques idées tarifs à titre indicatif.

Vols:  compagnies low cost (Vueling, Easyjet notamment): à partir de 150€ pour nous en novembre (sans valise en soute)

Location de voiture: tous les prix ! Attention de vérifier si l’assurance tout compris est incluse. On aime cette option car sérénité. Et dans les Pouilles, on était content de l’avoir, un accident est vite arrivé, leur conduite est disons…un peu brutale ! Il faut faire attention car les cédez le passage et autres sont un peu laissé de côté.

Essence: 60€ pour 650km effectués en novembre 2022

Hébergements: pour des établissements très confort, souvent 4 étoiles nous étions entre 100 et 250€/nuit pour une chambre double avec petit déjeuner (hors saison). Bien sûr on peut choisir des hébergements de gamme inférieure et moins chère.

Restaurant: le midi, nous ne prenions pas le temps de nous installer au restaurant (journées trop courtes), il est très facile de prendre des choses rapides: part de focaccia, pizza, panini ou encore des panzerotti typiques de la région. Pour -10€ pour 2 on avait mangé ! Saison des clémentines, on en a mangé aussi à longueur de journées. Le soir, nous choisissions des restos pour un moment gourmand. Coup de coeur pour Pentole e Provette à Fasano (60€ le menu dégustation avec de jolies surprises et une cuisine inventive, top !). Sinon nous avons diné dans de bonnes trattorias et n’étant pas de gros mangeurs, un plat de pasta nous suffisait généralement (40€ pour 2). A savoir qu’en Italie, les restaurants facturent les couverts (pain et service à la table, 3€ par personne lors de notre voyage).Au total 600€ pour 1 semaine à 2, très raisonnable en se faisant plaisir les soirs.

 

 

  • BON À SAVOIR SUR LA DESTINATION SUITE À NOTRE EXPERIENCE PERSONNELLE

Un région (très) touristique en haute saison. Les Pouilles ont la côte pour le tourisme des Italiens l’été et c’est aussi très prisé par les Français (notamment) ces dernières années. On éviterait vraiment le mois d’août.

Ouverture des commerces: de manière général, les commerces sont ouverts de 10h à 13h puis pause du midi et reprise à 16 voir 17h jusqu’à 20h. Cela signifie que les après midis, les centre villes sont plutôt déserts ! C’était assez curieux lors de notre voyage en hiver car le centre prenait vie lorsque la nuit était tombée. En été, avec les fortes chaleurs, c’est plus compréhensible mais le même rythme est gardé toute l’année. Le week end les gens sortent se balader en ville pour l’aperitivo dès 18h, il y a de la vie en terrasse etc.

Gestion des déchets: cette partie d’Italie (mais pas la seule) a un souci avec le traitement des déchets. on trouve des ordures régulièrement le long des routes, c’est dommage.

Parkings payants: on en parlait ci-dessus: les sites naturels sont en général tous sur entrée payante de quelques euros + parking payant également. Les mois très creux comme novembre, ce n’était pas le cas car désert.

Plages privées: en Italie, c’est souvent le cas, pour accéder aux plages, il faut payer un parasol.

 

 

  • VISITER LES POUILLES: A QUI S’ADRESSE CETTE DESTINATION? 

Les Pouilles conviendront à tous pour ses nombreuses facettes et atouts. Les amoureux d’histoire, de culture et de belles cités serons ravis avec Lecce, Matera, Otrante, Galipoli ou encore Bari (sites antiques, palais baroques et églises rupestres). Chaque village a son charme également. Lecce et Matera furent de beaux coups de coeur pour nous, pourtant d’habitude plus attirés par la nature que les centres historiques.

Ceux recherchant un tourisme balnéaire avec 900 km de littoral, les mers Ionienne et Adriatiques. De quoi trouver des plages à l’eau turquoise, criques et baies plus sauvages (en fouillant et hors saison). Attention, beaucoup de plages sont privées avec un accès payant pour avoir un transat/parasol. Une pratique très répandue en Italie de manière générale.

Amoureux de gastronomie, il y a de quoi faire et se faire plaisir, notamment en visitant des masseria (propriété agricole familiale) productrices d’huile d’olive, de fromages, charcuterie etc. De délicieux restaurants un peu partout.

 

 

 


 

JOUR 1 : arrivée à Bari – route pour Polignano a Mare et Monopoli (50km-45min)

 

POLIGNANO A MARE

Polignano a Mare, Les Pouilles

 

Fraichement débarqués à 9h30, nous avons la journée devant nous pour profiter de cette belle journée d’automne ensoleillée. Avec un temps limité dans les Pouilles et la nuit tombant à 16h30 à la mi novembre, nous faisons l’impasse sur Bari. Souvent délaissée, elle doit avoir de jolies choses mais … il faut faire des choix! Nous filons directement à Polignano a Mare avec la voiture de location récupérée à l’aéroport. Polignano a Mare, c’est LA station balnéaire qui fait la réputation des Pouilles ! Très pittoresque construite à flanc de falaise hautes de plusieurs dizaines de mètres, la ville blanche émerveille. Les couleurs de l’eau semblent irréelles même à cette période de l’année. Quelques vaillants se baignent dans la crique, quand d’autres explorent les grottes naturelles. Nous profitons de la vue et d’une balade dans le joli centre historique. À la mi novembre, les ruelles sont très calmes, on ne peut qu’imaginer l’ambiance au coeur de l’été. Nous trouvons un glacier ouvert car l’Italie sans glace, ce n’est pas l’Italie !

 

 

 

MONOPOLI

 

Toute proche, Monopoli est à ne pas rater. Son nom intrigue mais il vient simplement du grec monos (seul) et polis (ville). Bâtie sur un éperon rocheux, Monopoli a beaucoup d’allure. Pour nous, l’image qu’on se faisait de l’Italie du Sud. Maisons blanches aux volets verts, ruelles et venelles pleines de caractère et un beau patrimoine religion. Imposante cathédrale et nombreuses églises dont Santa Maria Amalfitana. Monopoli c’est aussi un petit port de pêche au centre de la cité, avec une cinquantaine de pêcheurs en activité. Les photographes seront inspirés par les barques bleues et le retour de la pêche.

 

Monopoli, Les Pouilles, Italie

 

 

MASSERIA SAN FRANCESCO

La nuit nous surprend en pleine visite, nous rejoignons notre bel hébergement pour les 2 premières nuits dans les Pouilles, la Masseria San Francesco. Au coeur des oliviers, cette ancienne ferme s’est reconvertie en hôtel de charme à la campagne et à deux pas de la mer. Idéalement située pour rayonner dans le secteur de Monopli, Polignano, Fasano, Alberobello et villages alentours. Comme un air d’hacienda mexicaine avec ses cactus géants et ses mûrs blanc. Une adresse de choix.

 

 

LES GROTTES DI CASTELLANA

À faire tout proche : les grottes di Castellana avec ses formations calcaires

Ouverture: toute l’année de 10h à 17h

Tarifs: plusieurs parcours guidés (le complet d’1h30) à 19,5€ et le partiel (50min) à 16,5€

Plus d’info et réservations en ligne (obligatoire): www.grottedicastellana.it

 

 

 

JOUR 2 : Ostuni – Cisternino et Locorotondo (boucle de 75km-1h30 total en voiture)

 

OSTUNI

Pour cette deuxième journée dans les Pouilles, 3 jolies villes et villages au programme. Cap sur Ostuni tout d’abord. La belle surprise de notre voyage ! Nous l’avions à peine prévu dans nos visites et pourtant cela aurait été une erreur de la manquer !! Edifiée sur trois collines, cette cité blanche semble surgir de nul part au milieu de la campagne. Eblouissante, on aperçoit sa cathédrale tout en haut perchée. Ici encore, il faut se perdre dans ses ruelles et s’assoir dans ses nombreux bars, restos et terrasses pour en capter l’atmosphère. En suivant la via Cattedrale, on grimpe au « sommet » à 200m au dessus du niveau de la mer. Une ville qui apparemment bat son plein les soirs et nuits d’été, pour nous tout est encore bien calme. Le soleil brille, un adorable petit chien nous salue, des ménagères s’activent à nettoyer leur perron. L’âme de la Méditerranée est là dans ces maisons blanches serrées. Une ville qui aurait sûrement mérité une visite plus approfondi et notamment guidée pour mieux comprendre son histoire mouvementée. Habitée depuis 50 000 ans, Ostuni a connu de nombreuses invasions et occupations. Lombards, Sarrasins, Byzantins, Normands, Souabes et Angevins !

 

 

 

CISTERNINO et LOCOROTONDO

Plus discrets, les villages de Cisternino et Locorotondo ont beaucoup de charme et permettent une balade agréable. Toujours en hauteur, ils semblent construits sur le même moule. Eviter d’y aller en plein après midi car tout sera très calme avec la fermeture des commerces jusqu’à 17h. Cisternino se distingue par des balançoires un peu partout qui permettent d’apprécier une pause bienvenue dans toutes nos déambulations. À Locorotondo, ils ne plaisante pas avec les décorations de noël ! La ville s’affairait à les installer durant notre passage.

 

 

 

 

RESTAURANTS à tester:

 

  • U Curdunn à Locorotondo, vous avez été nombreux à nous le recommander, mais il était fermé à cette époque.
  • Nous avons testé l’excellent Pentole e Provette à Fasano, tout proche. Notre resto coup de coeur de notre séjour.  Retrouvez toutes nos adresses et recommandation où manger dans les Pouilles sur notre carte Mapstr (appli gratuite à télécharger)

 

 

 

JOUR 3 : Visite d’une masseria – Alberobello et nuit insolite dans un trullo (50km-1h)

 

MASSERIA CAPELLA

 

Ce matin direction une masseria spécialisée dans la fabrication de fromages. Une authentique visite proposée par les Maisons du Voyage. Nous retrouvons notre guide Antonella pour une découverte des lieux. Commençons par définir ce qu’est une masseria. Il s’agit d’une vaste propriété agricole familiale typique des Pouilles. Pour être considérée comme une masseria traditionnelle, il doit y avoir une église (du moins une chapelle), un restaurant servant exclusivement les produits de l’exploitation agricole (dans l’idée des champs à la table) et quelques chambres pour les visiteurs. Ce sont des sites d’agri tourisme que nous ne pouvons que vous recommander de visiter. Certaines sont spécialisées dans l’huile d’olive, d’autres les légumes, ou ici à Masseria Capella, les fromages typiques. Pendant 2h, nous passons de la petite chapelle datant de 1825 à la production des gâteaux traditionnels, en n’oubliant pas la fromagerie où nous participons à l’élaboration de la mozzarella et burrata. L’occasion de comprendre les étapes de fabrication ainsi que les différences entre ces délices made in Italy. Passage dans l’étable et moment dégustation sur place. Nous sommes tout proche de Martina Franca et la ville mérite un coup d’oeil, notamment sur sa place centrale.

 

 

 

ALBEROBELLO

Alberobello, Les Pouilles, blog voyage

 

La journée continue avec le très connu village d’Alberobello, classé à l’Unesco depuis 1996 pour sa forte concentration de 1500 trulli, ces étonnantes constructions au toits blanc. Alberobello ne fait pas l’unanimité ! Alors que certains le considèrent trop touristique et dénué d’intérêt, d’autres y voient un réel coup de coeur ! C’est selon nous à voir pour sa singularité mais en adaptant sa visite. Typiquement le genre de sites à découvrir au lever du soleil en été avant que la foule de visiteurs n’arrive. En novembre, peu importe car l’affluence est moindre. Dormir sur place dans un trullo est une chouette expérience que nous voulions vivre pour le côté insolite et qui permet aussi de profiter davantage des lieux en dehors des pics de fréquentation. Au coeur de la vallée d’Itria, terre fertile où pousse amandiers, oliviers et vignes, le bourg d’Alberobello attire donc pour ses constructions bien caractéristique du coin, les trulli. Des maisons au murs de chaux au toit conique fait de pierre locales entassées, sans ciment. Une méthode intelligente qui évite que l’eau ne s’infiltre quand il pleut, bon marché puisque entièrement réalisée avec les matériaux locaux et sans mortier. Leur origine historique est incertaine. Lors d’une flânerie dans les ruelles, on ne manque pas le trullo siamois et le trullo soverano.

 

 

RESTAURANTS à tester:

 

  • Terra Madre:  déception pour nous puisque nous y étions un mercredi et que cela était pile leur jour de fermeture 🙁 Un restaurant qui nous aurait forcément plu avec un concept du jardin à la table. Ils ne travaillent que les produits de saison en mettant en valeur leurs légumes. Lorsque la météo est belle, on peut déjeuner directement dans le jardin derrière. Retrouvez toutes nos adresses et recommandation où manger dans les Pouilles sur notre carte Mapstr (appli gratuite à télécharger)
  • Petit déjeuner au Cosi Comera , biscuits, tartes et gâteaux, le tout pour quelques euros. Bel accueil

 

 

 

JOUR 4 : Visite de Lecce (115km-1h30)

 

PALAZZO DE NOHA, LECCE

Nous prenons la route pour Lecce et débutons la deuxième grande étape de notre road trip dans les Pouilles. Pendant 2 jours et 2 nuits, nous nous installons au coeur de la très belle ville historique de Lecce pour non seulement la découvrir mais aussi explorer ses alentours, le Salento, son littoral et ses plages. Davantage attirés par les coins de nature que les centres culturels, nous avions hésité à valider un hébergement en plein centre. Aujourd’hui nous sommes ravis de l’avoir fait surtout à cette saison. Le Palazzo de Noha est un charmant boutique hôtel design, à taille humaine avec un accueil chaleureux. Merci à eux pour l’upgrade dans une suite incroyable, on ne pouvait pas rêver mieux pour notre séjour à Lecce.

 

 

 

LECCE

Lecce, Bestjobers blog voyage

 

Afin d’apprécier cette capitale du baroque comme il se doit, nous suivons Emmanuelle, notre guide franco-italienne, réservée par les Maisons du Voyage. Pas de doute, ils nous ont réservé la meilleure ! Avec ses connaissances inépuisables sur la ville et son histoire singulière ainsi qu’avec son regard de résidente, nous avons passé un merveilleux moment. Durant les 15 et 16e siècles, les Pouilles sont la porte d’entrée vers l’Occident pour l’empire Ottoman. Les invasions avec leur lot de massacres s’enchainent. La grande victoire lors de la bataille de Lepante en Grèce entre la Sainte Ligue (Royaume de Venise, de Naples, d’Espagne notamment) contre les Ottomans est décisive. Le commerce se relance, l’économie est en plein essor. Lecce est quant à elle entièrement remaniée durant cette période de faste (17e siècle).

Le baroque est le style parfait pour démontrer cette nouvelle richesse au monde. La place de la cathédrale est splendide. Les façades (et intérieurs) des églises, cathédrales et basilique sont repris et sculptés finement avec la lumineuse pierre local.. En se promenant dans les rues du centre historique, il faut veiller à guetter les ornements des balcons, terrasses et nombreux hôtels particuliers. L’ensemble est très harmonieux. Emmanuelle nous invite à goûter les spécialités. Le cafe leccese avec des glaçons et du sirop d’amande, un délice, tout comme le pasticciotto, une petite douceur à la crème pâtissière. Ville vivante et animée, on ne sait où donner de la tête à l’heure de boire un verre et de diner !

 

 

Lecce, Les Pouilles

 

 

Lecce, Bestjobers

 

 

RESTAURANTS à tester:

 

  • la Cucina di Mamma Elvira:  un bar à vin/resto très sympa où on a super bien mangé. Mention pour le semi freddo en dessert. Une valeur sûre à Lecce, pensez à réserver!
  • Pour manger une glace, un pasticciotto: la pâtisserie Natale

>> Retrouvez toutes nos adresses et recommandation où manger dans les Pouilles sur notre carte Mapstr (appli gratuite à télécharger)

 

CONSEIL visite:

Prendre une visite guidée, en 2h, cela permet de comprendre beaucoup de choses ! Par beau temps dégagé, montez en haut de la cathédrale , avec un ascenseur ! ticket 12€ à acheter à l’office de tourisme sur la place pour admirer la vue depuis le haut du clocher. On y voit les mers Ioniènne et Adriatique. Pour visiter les édifices religieux, il faut payer un droit d’entrée (sous forme de pass), 1 église à 6€ ou 4 pour 9€. Se renseigner à l’OT également.

 

 

 

 

JOUR 5 : La côte du Salento – Otrante – cours de cuisine et nuit à Lecce (100km-1h30 total en voiture)

Il est 6h30, le soleil se lève à Lecce, après un savoureux petit déjeuner, nous reprenons la voiture (soigneusement garée en dehors de la ZTL, cf infos pratiques en début d’article si vous ne savez pas de quoi il s’agit). Direction la côte pour découvrir les beautés du Salento. Lecce est vraiment idéalement située pour profiter en quelques minutes du littoral.

 

GROTTE DE LA POÉSIE

Premier arrêt, la fameuse grotte de la Poésie, vu sur de nombreux blogs. Pour nous c’est un peu la déception. L’endroit a l’avantage d’être désert à cette époque, mais nous ne sommes pas non plus sous le charme. Il s’agit d’une petite ouverture géologique dans laquelle s’engouffre les eaux turquoise. En été, on s’y presse pour s’y baigner alors que cela est interdit. Nous restons quelques minutes et continuons notre route. Selon nous pas un must see, surtout qu’en saison, le parking et l’entrée sont payants, le tout avec la foule.

 

 

 

TORRE DELL’ORSO et SANT’ANDREA

Littéralement à 5 minutes, arrêt à Torre Dell’Orso (Due Sorelle) puis à Sant’Andrea pour voir ses formations rocheuses calcaires. Prendre le temps de parcourir à pied cette côte escarpée doit être chouette à faire, même si après les Cyclades et notamment l’ile de Milos au printemps, nous sommes restés un peu sur notre faim ici. La beauté de l’eau est cependant incontestable et à la belle saison avec un kayak en maillot, cela doit avoir une autre saveur, on est d’accord !

Autres spots avec plus de temps: Baia dei Turchi / Grotta Sfondata / Baia dei Porto Miggiano

 

 

La cote des Pouilles

 

 

OTRANTE

Nous arrivons pour le déjeuner à Otrante, ville la plus à l’Est de toute l’Italie. Citée fortifiée hors du temps et martyre durant l’époque des croisades, il ne faut pas rater la cathédrale et sa chapelle des martyrs. Un lieu fort où sont renfermés les ossements des 800 habitants ayant refusé de se convertir à l’islam en 1480 lors d’une invasion turque. La ville nous apparait très calme à la mi novembre, parce que très prisée à la saison estivale, une pause s’impose pour les commerces.

 

 

LES CAVES DE BAUXITE

Nous récupérons des vélos électriques arrangés par les Maisons du Voyage (le prestataire était en vacance mais il s’est arrangé pour nous). Nous explorons les alentours et notamment les caves de Bauxite, un lieu inattendu à deux pas d’Otrante. Des couleurs surréalistes, des roches rouge, orange, jaune et un lac émeraude au centre. Nous profitons encore de la tranquillité des lieux à la mi novembre pour une séance photo. Avec des journées plus longues, nous aurions poussé plus au sud pour aller voir d’autres grottes et plages. Ce n’était pas la saison. Retour à Otrante

 

Caves de bauxite, les Pouilles

 

 

Caves de bauxite, les Pouilles

 

RESTAURANT à tester:

 

  • Otrante: ArborVitae :  ce resto avec sa terrasse extérieure en plein coeur historique avait l’air délicieux et charmant, une prochaine fois !

 

 

COURS DE CUISINE ITALIENNE, LECCE

Retour à Lecce pour une expérience conviviale qu’on vous recommande de vivre: un cours de cuisine chez des Italiens. Matilde et son mari Carlo nous accueillent dans leur jolie villa du 17e siècle, à l’extérieur de la ville. Distribution de tabliers et nous mettons les mains à la pâte (c’est le cas de le dire) car nous avons à faire ! 2 spécialités de pasta et un dessert typique de la maison, une tarte à la mandarine du jardin. Sous les conseils de Matilde, nous confectionnons la préparation (à base de semoule de blé et eau) pour les orecchiette et cavatelli. Ces dernières se font à la main sans machine spécifique. Pratique pour les refaire à la maison. Puis elle nous initie aux raviolis à la ricotta avec une sauce pesto minute à la roquette. Un pur délice. Les saveurs de l’Italie sont là. Nous partageons un diner tous les 4 et passons un chouette moment avant de rentrer à notre hôtel !

 

 

Si nous avions pensé à la base dormir à Otrante pour cette deuxième nuit, les Maisons du Voyage nous avaient averti des fermetures annuelles à Otrante, nous ne regrettons pas d’être remonté sur Lecce à cette saison. À une période plus estivale, dormir à Otrante doit valoir le coup cependant.

 

 

 

JOUR 6 : Route pour Matera  (170km-2h15)

Nous quittons Lecce même si nous aurions bien prolongé le séjour ici ! Cap sur Matera et la région voisine des Pouilles, la Basilicate. En route, nous observons les champs de clémentiniers qui nous rappellent ceux de Corse découverts l’an passé à la même époque. Les paysages ne sont sinon pas dingues.

 

MURGIA TIMONE

Nous filons alors directement jusqu’à Matera que l’on admire tout d’abord depuis un point de vue à ne manquer sous aucun prétexte ! Le Belvédère de Murgia Timone. Attention site préservé, l’accès y est réglementé. Il faut se garer sur le parking du centre de visite Jazzo Gattini et rejoindre le belvédère à pied en une quinzaine de minutes. Avec les vaches dans les prés, l’ambiance est alpine. Gros coup de coeur pour cet endroit. Situé juste en face de Matera, la vue est exceptionnelle. En prenant le temps de crapahuter, on y découvre de nombreuses grottes, rochers et églises rupestres. De quoi nous mettre en appétit pour la suite ! Le soleil décline, nous partons nous installer à notre hôtel niché dans la cité historique. Entre trouver un stationnement en dehors de la ZTL et rejoindre à pied son hôtels/B&B, on peut facilement perdre du temps..

 

Matera, Blog voyage

 

 

Nb: Cette balade peut très bien se faire depuis le centre de Matera en descendant à la rivière et en remontant de l’autre coté, comptez 45min pour y aller en fonction de votre rythme de marche.

 

 

AQUATIO CAVE

Pour nos deux nuits à Matera, nous logeons à l’Aquatio Luxury Cave & Spa. Un bel établissement de standing avec une piscine dans la roche et des chambres troglodytes, l’expérience typique à vivre ici. L’hôtel est très chouette mais manque un peu d’âme à notre goût, il est un peu grand. Nos premiers choix n’étaient plus dispos ou fermés. (comme la Dimora di Metello).

 

 

 

RESTAURANT à tester:

  • La Lopa: une jolie trattoria typique dans la roche, bonne cuisine de spécialité, gens sympas et même une « salle de cinéma » dans la grotte.

>> Retrouvez plus d’adresses et recommandation où manger dans les Pouilles sur notre carte Mapstr (appli gratuite à télécharger)

 

 

 

JOUR 7 : Matera centre historique et dernière nuit

Si certains vous diront que quelques heures à Matera suffisent, nous ne sommes pas d’accord. Tout dépend de la manière dont on voyage mais encore une fois pour apprécier ce genre de sites historiques, on vous recommande les services d’un guide. Chaque ruelle et détail d’architecture racontent une histoire, que l’on ne saisit pas en la survolant à toute allure seul. Matera mérite amplement une journée à part entière et davantage (en fonction de la saison) si l’on veut marcher à pied dans ses proches alentours. Que vous dire de Matera? Par quoi commencer ?

 

 

Plus ancienne cité habitée au monde sans discontinuité, Matera a une histoire bien particulière. Jamais détruite, jamais bombardée, elle semble sorti d’un autre temps. Au départ à la préhistoire, la présence humaine a profité des nombreuses grottes naturelles, puis avec le gonflement de la population ils se sont mis à creuser la roche très friable (du tuf comme dans le Val de Loire) pour construire des maisons troglodytes (appelées Sassi) mais aussi beaucoup d’églises rupestres (plus de 150 ont été trouvées). Peu à peu la cité s’est construite en deux flancs suivant la toponymie naturelle des lieux. Le Sasso Barisano majoritairement construit où logeaient les artisans et le sasso caveoso, plus en contrebas du ravin, plutôt excavé dans la roche où vivaient les paysans. Ville prospère au 16e siècle, elle est ensuite délaissée lors de l’arrivée des Espagnols.

 

En 1945 à la fin du fascisme de Mussolini, un livre célèbre va changer le cours de l’histoire de Matera. Le Christ s’est arreté à Eboli, de Carlo Levi. Il y dénonce les conditions d’hygiène déplorables des quelques 20 000 habitants entassés dans des grottes sombres, humides, sans eau courante, ni WC ou égout, ou encore électricité. Des familles nombreuses cohabitant avec les animaux de la ferme sous le même toit. Les maladies sont multiples (choléra, typhus, tuberculose, malaria et même paludisme!). L’Etat italien commence à s’intéresser à la situation de la ville et évacue en 1952 tous les habitants de Matera qui seront relogés dans une ville nouvelle créée sur les hauteur de l’ancienne.

Matera est alors symbole de honte nationale, misère et pauvreté. La vieille ville restera abandonnée plusieurs décennies.

Année 1990, un large programme de restauration est financé par l’Etat pour redonner vie à Matera.Tout le confort moderne y apparait et peu à peu elle se repeuple. Mais les habitants de l’époque ne veulent pas y retourner. Aujourd’hui c’est 2000 nouveaux habitants qui habitent ces ruelles, 1000 hébergements touristiques et restaurants. La ville se met à intéresser les producteurs de cinéma. Plus de 60 films sont alors tournés. La Passion du Christ de Mel Gibson, Ben Hur avec Morgan Freeman, Wonderwoman, Mourir peut attendre le dernier James Bond. Une sacrée carte de visite ! il faut dire que quand on se promène dans les rues tortueuses de la ville, on se croit vraiment dans un décor, c’est grandiose.  La ville est depuis classé à l’Unesco.

En 2019, Matera remporte la majorité des votes pour devenir la capitale européenne de la culture (face à Venise notamment!), une sacrée revanche pour cette ville longtemps oubliée. Des millions d’euros sont injectés pour proposer un large panel d’activités et d’expos, comme celle de Salvador Dali toujours présente jusqu’à la fin de l’année.

 

 

Matera, église rupestre

 

Le chat de Matera

 

 

Matera, bestjobers blog

 

 

JOUR 8 : route pour l’aéroport de Bari et départ 

Après une dernière marche au lever du soleil, nous quittons la magie de Matera. 1h de route plus tard, nous rendons la voiture et nous envolons pour la France, des souvenirs et étoiles plein les yeux !

Nos derniers conseils Matera:

  • Ne passez pas à côté de cette ville ! Attention vous ne serez pas seuls, il y a du monde toute l’année. Nous l’avons visité un week end et c’était l’endroit le plus fréquenté de notre séjour en Italie. Pour en apprécier la magie, perdez vous dans ses ruelles au lever du jour, magie garantie ! À la tombée de la nuit, la féérie est aussi au rdv.
  • Pour découvrir le système unique et ingénieux des citernes pour collecter et approvisionner la ville en eau toute l’année malgré les sécheresses, vous pouvez visiter les Cisterna il Palombaro Lungo (3€) depuis la place centrale Vittorio Veneto.

(Sinon demander à l’accueil du petit hôtel Corte San Pietro pour jeter un oeil à leurs anciennes citernes et puits (sous la salle du petit déjeuner) ce que nous avons fait avec notre guide. Original et hors sentier battus. À l’époque, les pluies de l’hiver suffisaient à remplir les citernes qui fonctionnaient en vases communicants. Pour rendre l’eau « potable » des anguilles étaient jetées au fond ou alors des pierres ponces.)

 

hôtel Corte San Pietro

 

  • Visiter au moins une église rupestre, l’accès est payant sous forme de pass comme à Lecce. Demander à l’office de tourisme de la ville.

 

C’est ici que se termine notre petit périple italien. Un voyage dépaysant sans partir très loin. Une chose est sûre, ce road trip nous a donné envie de revenir visiter les Pouilles plus longuement au début ou à la fin de l’été. Peut être que notre expérience vous donnera des envies d’escapades dans la botte italienne ou vous rappellera de beaux souvenirs.

 

_______________________

Qui utilise Pinterest parmi vous?

Pensez à épingler notre article pour le retrouver plus facilement et n’oubliez pas de vous abonner à notre compte pour pleins de contenus inédits 😉

 

 

 

 

 

À bientôt les voyageurs ! Et n’hésitez pas à nous laisser un commentaire ci-dessous si l’article vous a plu et si vous avez des questions 😉

Elisa & Max

Facebook – InstagramTik Tok – Pinterest – Twitter – Youtube

 

Ce voyage a été réalisé en collaboration avec les Maisons du Voyage, qui nous ont établit un parcours sur mesure selon nos envies, contraintes et temps disponibles. Nous les remercions pour leurs attentions et sélection. Nous restons libres de nos appréciations et pour la rédaction de cet article de blog.

5/5 - (7 votes)

Pin It on Pinterest

Shares