Hokkaido, c’est l’île la plus septentrionale de l’archipel nippon. Plus au nord, c’est simple, il y a la Sibérie ! Avec 20% de la superficie du pays pour seulement 5% de sa population, Hokkaido est l’endroit le plus sauvage du Japon. Un paradis pour les amoureux de nature et de grands espaces.  Pour notre premier voyage au Japon, nous avons donc choisi cette région plutôt méconnue, hors sentiers battus et encore davantage en hiver lorsque le thermomètre en refroidit plus d’un !

Nous c’est tout ce qu’on voulait justement ! Voyager au Japon en hiver était devenu un fantasme ces dernières années.

Il faut dire qu’à force d’entendre qu’on y trouve la meilleure poudreuse au monde, ça a finit par m’intriguer, toute Jurassienne et skieuse que je suis ! Et puis, là bas au Japon, la culture du bain chaud thermal, c’est du sérieux, je me suis dit que je ne pourrais qu’adhérer aux onsens (nom désignant les sources thermales). Sans oublier notre amour pour les volcans & la faune sauvage (un paradis pour mon photographe), ce voyage était fait pour nous !

Nous voilà embarqués dans une aventure japonaise loin des clichés que vous pouvez avoir sur cette destination, à dévaler les pistes de ski et tester la fameuse neige mais pas que !

On y a découvert des paysages et rencontré une faune qu’on n’aurait pas imaginé au pays du soleil levant.

 

 

北 海 道

________________

Visiter HOKKAIDO en hiver au JAPON:

Le paradis des Amoureux de la Nature

Hokkaido en hiver, Japon

 


  « Hokkaido en pratique »  

  • NOTRE VOYAGE:  8 jours sur place: 11 au 19 février 2019
  • OÙ ?  L’île la plus au nord du Japon
  • QUAND PARTIR A HOKKAIDO?  Toute l’année, le climat est globalement plus froid en hiver que dans le reste de l’archipel, climat plus doux et moins humide en été. L’automne doit être magnifique aussi, il y a plein de feuillus!
  • COMBIEN DE TEMPS POUR VOYAGER A HOKKAIDO?  8/10 jours permettent de voir quelques spots incontournables, mais l’île est clairement trop grande (10 fois la Corse). 3 semaines/1 mois serait plus adapté pour une boucle.
  • COMMENT ALLER A HOKKAIDO?  Plusieurs aéroports sur l’île pour des vols en interne depuis Tokyo avec Japan Airlines (Tokyo- Kushiro/ Tokyo Chitose_Sapporo).

A noter à partir de décembre 2019: vol direct avec Finnair vers Sapporo depuis Helsinki. De quoi partir au ski plus facilement depuis l’Europe!

  • DÉCALAGE HORAIRE:  +8h en hiver, +7h en été
  • MONNAIE: Yen (JPY) : 1€ = 126 JPY en février 2019 .Les Japonais fonctionnent beaucoup avec du cash, il n’est pas rare de tomber dans un endroit « No credit card ». Prévoyez donc toujours de l’argent liquide sur vous. Les distributeurs sont partout même dans les petites épiceries genre 7/Eleven. Attention aux commissions que vous paierez à votre banque pour chaque retrait, sauf si vous avez par exemple une carte Revolut comme nous (retrait sans frais pour 200€/mois).
  • VISA: pas besoin avec un passeport français en cours de validité pour un voyage de moins de 3 mois
  • VACCINS: pas d’obligatoire
  •  TEL/INTERNET: possibilité de louer un pocket wifi à l’arrivée à l’aéroport durant la durée du voyage. Sinon internet dans les hôtels, restaurants, etc.
  • COURANT: type A, deux fiches plates, comme aux Etats unis, prévoir un adaptateur.
  • POURQUOI Y ALLER? Nature, faune sauvage (grue du Japon, tanuki, renard roux, aigles empereur, daim sika etc) et ski/snowboard en hiver biensûr!

 

  • BON A SAVOIR:

– Conduite à gauche!

– Les Japonais ne parlent que très peu anglais… surtout hors des grandes villes.

– Dans les onsens publics (bains chauds), nudité obligatoire, mais femmes et hommes séparés.

 



 

C’est parti pour 8 jours sur l’ile d’Hokkaido, plutôt que de vous proposer un itinéraire de road-trip comme à notre habitude, nous avons décidé pour ce voyage de vous parler de nos coups de coeur, des coins qui nous ont charmés, les excursions qui méritent le détour. A vous ensuite de retenir ce qui vous intéresse le plus. Une chose est sûre, Hokkaido on a envie d’y revenir et à toutes les saisons!

 

Carte Hokkaido Bestjobers

 

1. RUSUTSU : l’eldorado du ski & du snowboard en hiver, de la randonnée en été.

Ou skier au Japon? A Rusutsu sur l'ile d'Hokkaido

Venir skier et snowboarder au Japon était le leitmotiv de ce premier voyage. Nous n’arrivions pas trop à comprendre en quoi la neige pouvait être différente de chez nous. Nous voulions percer ce mystère ! Le Japon a de nombreuses stations de ski à travers le pays, mais celles d’Hokkaido nous faisaient particulièrement rêver pour ses paysages. Imaginez, skier avec une vue sur des volcans enneigés d’un coté et l’océan de l’autre. Pas banal ! Même si j’adore oh combien mes montagnes du Jura et nos Alpes, c’était une première !

C’est à Rusutsu que nous avons pris notre bain de poudreuse ! Au départ, un peu dubitatifs sur la question, mais ça c’était avant que nous fassions notre première descente. Une glisse comme jamais nous n’avions expérimenté, même au plat, ma planche avançait toute seule ! Et puis le décor, si féérique créé par la neige en suspension dans les arbres. On aurait dit du coton. Quand le soleil nous a fait l’honneur de se montrer, ce fut l’apothéose. Dans la foulée, le Mont Yotei, nous a éblouis du haut de ses 1898m. Ici, on l’appelle mini Fuji ou encore Fuji d’Hokkaido. Couvert de neige, il est fabuleux ! Une journée aux pays des merveilles où le seul bémol fut l’architecture de la station. Une énorme tour d’hôtel n’a pas le charme des jolis chalets en bois de chez nous, mais il faut croire qu’au Japon, le modèle est vertical que l’on soit à Tokyo ou au ski !

L'hiver au Japon, Hokkaido

 

Station de ski au Japon: Rusutsu, Hokkaido

 

Le neige exceptionnelle du Japon

 

Snowboard au Japon, Burton

 

Rusutsu, Hokkaido

 

INFOS PRATIQUES | Rusutsu

  • Comment y aller ? À 1h30 de route de l’aéroport de Chitose (Sapporo).
  • La station de ski  42 km de pistes pour tout niveau, 3 secteurs, freestyle parks
  • Tarifs  5900 yen la journée complète (46€ environ) // Forfait 4h à 4600 yens (36€) //Forfait 6h à 5200 yen (41€) / Tarifs 2019
  • Location  magasin de sport à l’intérieur du resort Westin, possibilité de louer également les habits (veste, pantalon, gants, bonnet et masque de ski!). Le set total avec habits est à 15900 yen la journée (environ 125€). Sans les habits, 8500 yen (67€) / Tarifs 2019
  • Où dormir à Rusutsu? Sur place en mode tout confort: Hotel Westin*****

 

 

 

2. LAC TOYA

Lac Toya

 

A deux pas de Rusutsu (30 min), nous avons eu un beau coup de cœur pour la région du parc national Toya-Shikotsu, deux lacs de caldeira entourés de volcans, c’est magnifique avec des paysages qui respirent la sérénité ! De quoi prendre conscience que même en hiver, on peut profiter de la nature, même si différemment, et que peu importe que l’on skie ou pas, on pourra trouver son bonheur.

Toya veut dire « lac » dans le langage des Ainous, le peuple indigène d’Hokkaido. Formé il y a à peine 110 000 ans (à l’échelle de la planète, ce n’est pas grand chose), sa profondeur lui donne un bleu intense. Pour prendre un peu de hauteur, nous montons avec le téléphérique du mont Usu, et de là haut, le panorama entre océan et volcans vaut le coup d’oeil. On découvre combien l’activité volcanique façonne la région. Rien que quatre éruptions au cours du XXe siècle, dont la dernière en date de l’année 2000. Des montagnes surgissent, comme le petit mont Showa-Shinsen sorti tout droit d’un champs de maïs en 1945, quand d’autres se déplacent. C’est plutôt fou pour nous Français d’imaginer un tel mouvement de la nature !

 

le téléphérique du mont Usu, vue sur le lac Toya

 

le téléphérique du mont Usu

 

Ce qu’on a particulièrement aimé au lac Toya, c’est son chapelet de quatre petites iles parfaitement en son centre. On les appelle Nakajima. En été, un bateau dépose les visiteurs pour une balade sur l’une d’elles à la rencontre des daims sauvages ! Par contre, pour l’avoir fait, la croisière en hiver ne présente aucun intérêt !

Pour un déjeuner avec une vue époustouflante, nous avions réservé une table au Windsor Hotel, perché sur une des collines. Si son architecture massive ne fait pas écho à nos valeurs actuelles, on ne peut nier la beauté du spectacle par la fenêtre une fois à l’intérieur…

 

Windsor Hotel, Lac Toya, Hokkaido

 

Tout l’intéret de cette région volcanique tient aussi aux onsens, les sources d’eau chaude naturelle aux multiples vertus curatrices (riches en sels minéraux). Dans la ville thermale de Toyako-onsen, il existe tout un parcours d’onsens miniatures accessible librement, mais en hiver, nous avons choisi un hôtel avec bains privés pour pouvoir en profiter. Le Nonokaze resort au bord de l’eau nous a enchanté . Une belle parenthèse design et cocooning avec un buffet à tomber par terre et des bains à la vue enchanteresse (dommage vous n’aurez pas de photo, ce n’est pas autorisé vu que tout le monde est nu… il faudra aller voir de vous même)!

 

Nonokaze resort, Lake Toya, Hokkaido

 

Lac Toya, Japon

On y retournerait bien à une autre saison !

 

INFOS PRATIQUES | Lac Toya

 

  • Où dormir au lac Toya? 

The Lake View Toya Nonokaze Resort & Spa: parfait !

  • Où manger au lac Toya? 

Au Windsor Hotel, très haut de gamme, plusieurs restaurants avec vue sur le lac, formule bento pour 30€ pp.

  • Que faire au lac Toya? 

– Mont Usu Ropeway : téléphérique . 1600 yen pp (12,5€ environ)

– Sentier des onsens miniatures à travers la ville de Toyako-onsen

– Croisière sur les iles Nakajima en été pour voir les daims : 1420 yen (11€ environ) / de 8h à 16h30 en été / départ toutes les 30 min

 

 

 

3. LAC SHIKOTSU

Lac Shikotsu, Japon

 

Voisin du lac Toya, Shikotsu est aussi un lac de caldeira, c’est à dire formé suite à une éruption volcanique. Se promener sur son rivage, c’est avoir l’impression d’être en bord de mer, un paysage de toute beauté encore une fois, parsemé de volcans encore actifs.

Le lac Shikotsu est très réputé au Japon car il serait le plus propre du pays avec une eau si claire qu’on pourrait y voir à 10 mètres de profondeur (au plus profond il fait 363m).

D’ailleurs on peut y plonger pour aller voir le basalte sous l’eau mais nous c’est plutôt le canoë qui nous aurait tenté, il faudra revenir en été ! En visitant le centre d’interprétation du parc national, on en revient pas de voir à quel point l’endroit est sauvage. Des ours bruns habitent ces forêts, finalement ça serait comparable au Canada ! Nous n’y avions jamais imaginé !! Nous nous contentons du paysage hivernal, tout de blanc vêtu, mais profitons du beau soleil pour nous promener le long de l’eau. On s’assoit là sur la plage en galet à regarder les vaguelettes et le coucher du soleil.

Lac Shikotsu, Japon, Hokkaido

 

Lac Shikotsu, Japon

 

Pont du Lac Shikotsu, Japon

 

Lac Shikotsu, Hokkaido

 

Grotte de glace Hyojun

Nous apprenons un peu trop tard qu’il y aurait eu une belle balade à faire dans les proches alentours, c’est les cascades de Nanajo, qui sont gelées en plein hiver, mais comme nous revenions aussi d’une matinée raquette à la découverte de la grotte de glace Hyojun, nous avions peut être déjà assez vu de glace pour la journée:-). Cette randonnée n’était pas banale, un décor sublime et la visite d’un endroit fabuleux où par la magie de l’hiver plus de 2000 stalactites/stalagmites et fleurs de givre se forment dans une petite grotte au cœur de la forêt. Un joli moment de nature et d’aventure qu’on a apprécié avec un petit groupe et un guide très efficace parlant très bien anglais. On recommande vivement cette excursion!

 

Rando raquette, Hokkaido

 

Grotte de glace / Ice Cave Hyojun, Hokkaido

 

Ice Cave Hokkaido

 

Grotte de glace Hyojun, Hokkaido

 

Grotte de glace / Ice Cave, Japon

 

INFOS PRATIQUES | Lac Shikotsu

 

  • Où dormir au lac Shikotsu? 

Il y a très peu d’hébergements touristiques au lac Shikotsu, c’est un endroit très préservé.

Tsuruga Resort Spa Mizu no Uta : une sublime adresse au bord du lac pour une nuit romantique et détente (le seul en rive de lac?)

  • Où manger au lac Shikotsu? 

Ce même hôtel, le Tsuruga Resort Spa Mizu no Uta propose une formule buffet healthy à 15€ par personne qui est excellent, une option très saine ! On y a fait le plein de vitamines et de couleurs ! Un régal.

  • Que faire au lac Shikotsu? 

– Booker une sortie raquette en hiver avec Ootaki Outdoor Adventures (janvier à mars) pour aller voir la grotte de glace!

3h / matin ou après midi / en groupe avec un guide

TARIF 6500 yen (environ 50€) attention il faut payer en cash une fois sur place / pas de paiement CB

Balade au Nanajo falls gelées : depuis un parking, comptez 3 km pour aller voir les cascades de glace. Prévoir des crampons ou de bonnes boots de neige en fonction des conditions.

 

 

 

4. JIGOKUDANI à NOBORIBETSU ONSEN ou LA VALLEE DE L’ENFER

Vallée de l'Enfer Hokkaido

 

Tout comme le lac Toya, Shikotsu et le Mont Yotei (mini Fuji), Noboribetsu onsen appartient au parc national Shikotsu Toya. Dans une petite ville bien animée et à l’odeur omniprésente de souffre, on y a découvert un parc géothermique impressionnant, même si de nombreux accès étaient fermés pour cause de maintenance et/ou chute de neige. Des différents points du vue sur les geysers et fumerolles, on prend vraiment conscience que les entrailles de la Terre sont juste là. L’activité volcanique est palpable et même jusqu’au centre ville où l’on ne risque pas d’oublier le vacarme du geyser du parc Sengen. Toutes les trois heures environ et pendant une cinquantaine de minutes s’en dégagent d’importants jets de vapeurs montant jusqu’à 8 mètres de haut et tout ça sous un pont de la ville ! On dirait le passage incessant d’un train mais non c’est l’eau qui bouillonne !

Pour compléter l’ambiance fantastique du lieu, on y croise des sculptures géantes comparables à des ogres, qu’on appelle ici « oni », sorties tout droit des croyances populaires japonaises ! Bref une sacrée atmosphère à Noboribetsu!

 

Noboribetsu onsen, parc national Shikotsu Toya

 

Noboribetsu onsen, Hokkaido

 

Vallée de l'enfer, Hokkaido

 

Noboribetsu onsen, Hokkaido

 

INFOS PRATIQUES | Noboribetsu Onsen – Vallée de l’Enfer

 

  • Où dormir à Noboribetsu Onsen? 

Nous avons passé la nuit dans une auberge traditionnelle japonaise, appelée « ryokan« , Oyado Kiyomizuya, une expérience typique à tester durant son séjour au Japon. C’est un peu perturbant car rien ne s’y passe comme dans un hôtel classique. Pas de restaurant ici, tout a lieu dans la chambre qui se transforme au gré de la soirée de salle à manger à salle à coucher, avec les futons installés sur le sol en paille de riz. Une occasion de vivre au plus près la culture japonaise. A tester. Nous n’avons pas de point de comparaison avec d’autres ryokan, celui-ci était agréable, bien situé à quelques minutes à pied de l’entrée du parc de Jigokudani mais un ensemble peut être un peu vieillissant.

  • Où manger à Noboribetsu? 

La gastronomie fait partie intégrante d’un voyage au Japon, le dépaysement est à tout niveau et aussi culinaire ! Nous avons goûté différentes cuisines durant notre voyage. A Noboribetsu, le restaurant Shun no Hana Wakana nous a servi une cuisine raffinée, appelée « ryori kaiseki ». Une fois encore, c’est assez bouleversant car rien ne se passe comme chez nous. Les plats arrivent par dizaine, mais dans de petites portions, on a l’impression de jouer à la dinette. La présentation est comme à l’image du Japon, très soignée. On ne sait pas vraiment comment se déguste chaque met mais il faut se lancer et tester ! C’est le choc des saveurs.

  • Que faire à Noboribetsu? 

Visiter le parc géothermique de Jigokudani, plusieurs sentiers balisés en pleine nature que nous n’avons pas pu explorer à cause de la neige et des travaux. Une entrée est à payer, de quelques euros de mémoire.

 

 

 

5. MAKOMANAI TAKINO CEMENTARY

Makomanai Takino Cementary, Bouddha

 

Un endroit tout simplement incroyable découvert un peu par hasard sur la route menant à Sapporo. On parle d’un cimetière pas vraiment comme les autres construit en 1982 par un architecte star au Japon, Tadao Andô. Accueillis solennellement par une lignée de quarante têtes Moai, on se croit tout d’abord télétransportés sur l’ile de Pâques, c’est très impressionnant mais le spectacle ne s’arrête pas là. Nous croyons être atteints d’hallucination lorsque sur le coté gauche nous apercevons une réplique quasi parfaite de Stonehenge, les célèbres mégalithes d’Angleterre !

L’épais manteau neigeux rend la balade difficile, et nous continuons naturellement notre visite en empruntant un long tunnel de béton sombre, guidés par la lumière en son fond. Il neige à gros flocons ce jour-là et l’ambiance est très spéciale. Le silence est de plombs quand soudain, nous nous retrouvons au pied d’une statue massive de bouddha.

Mis en exergue par le jet de lumière, il nous regarde couvert de neige et impose un immense respect du haut de ses 13 mètres ! Quelle claque !

Nous avons la chance d’être seuls pour apprécier la sérénité de l’instant. Et dire qu’en été, la neige laisse place à des champs de lavande en fleurs, que l’eau coule dans le bassin, cela doit être aussi magique ! Sur une superficie de quatre fois le cimetière du Père Lachaise à Paris, c’est un paradis pour les photos et un lieu vraiment curieux à visiter.

 

Makomanai Takino Cementary, Hokkaido

 

Le Bouddha d'Hokkaido, Sapporo

 

Makomanai Takino Cementary, Hokkaido, Buddha

 

INFOS PRATIQUES | Makomanai Takino Cementary

 

COMMENT Y ALLER ? En voiture ou taxi, mais aussi des navettes en bus partent de la gare de Makomanai, arrêt n°2.

HORAIRE   9h à 16h d’avril à octobre.  //   10 à 15h de novembre à mars

 

 

 

6. SAPPORO & SON TELEPHERIQUE

Mont Moiwa Ropeway, Sapporo

 

Avec près de deux millions d’habitants, la ville de Sapporo est la plus peuplée de l’ile d’Hokkaido. Connu pour sa brasserie de bière et son festival de glace, nous y sommes juste passés pour dormir et en avons profité pour grimper de nuit au Mont Moiwa avec le téléphérique. De la haut, on a un panorama scintillant de mille feux et on peut même diner dans le restaurant avec vue, the Jewels.

 

Sapporo, Hokkaido

 

INFOS PRATIQUES | Mont Moiwa Ropeway

 

TARIFS 1700 yen (environ 13€)

HORAIRE  11h-22h

PLUS D’INFOS  www.moiwa.sapporo-dc

RESTAURANT THE JEWELLS  réservation obligatoire www.sapporo-dc

 

 

 

7. OTARU

Otaru, Hokkaido

 

Anciennement capitale d’Hokkaido, Otaru est une ville historique avec du caractère, autrefois prospère grâce à la pêche aux harengs et l’artisanat du verre. Chaque soir d’hiver, un festival de lumières illumine les rues et le canal. Cela nous a rappelé les illuminations de Lyon le 8 décembre. Une atmosphère féérique avec la neige et les scintillements des bougies.

 

Otaru, light festival

 

Le lendemain, on a un peu perdu la tête en se baladant dans la rue Sakai machi où on trouve de tout. Les boutiques artisanales et de spécialités (algues, poissons), les pâtisseries dans lesquelles nous voudrions tout goûter, les cafés et restaurants de tout style, les anciens entrepôts reconvertis. Il y a de quoi faire ! Certains bâtiments en briques font penser à l’Angleterre, un mix curieux où nous savons pas toujours où nous sommes !

 

Otaru, Japon

 

Otaru, Hokkaido

 

 

8. LE PARC NATIONAL DE KUSHIRO SHITSUGEN

Parc national de Kushiro Shitsugen, Canoe

 

Avec ses 2680km2, le parc national de Kushiro Shitsugen est la plus grande zone humide sauvage du pays. A travers le marais, la rivière Kushiro coule avant de se jeter à l’Océan Pacifique. C’est dans ce cadre magnifique que nous sommes partis pour une balade en canoë qu’on ne risque pas d’oublier! C’est dans une ambiance glaciale qu’on se prépare à la mise à l’eau avec Makoto et sa femme Todhiko.

Il fait -18°C mais ils ont pensé à tout et même à la couverture pour nous assoir et nous changer !

Combinaison étanche, chaussettes, bottes, tout est là devant nous à disposition pour que l’activité se déroule dans de bonnes conditions, car vous imaginez bien que partir en canoë au mois de février dans cette partie septentrionale n’est pas la même qu’au Canada en plein mois d’août !

Un peu d’équipement est nécessaire. Une fois prêts, on se glisse à l’intérieur de leur belle embarcation pour une promenade d’une heure et demi sur la rivière qui fume.

Dans le silence absolu de la campagne enneigée, tous nos sens sont en éveil. Les bruits de la glace qui craque trahissent des animaux venus s’abreuver sur les rives. Petit troupeau de cerfs Sika  tout d’abord, puis c’est un bien étrange animal que nous apercevons. A la croisée d’un raton laveur et d’un renard, le chien viverrin part se cacher. Notre regard est soudain attiré par les battements d’ailes d’un pyguargue empereur qui nous guette en vol. Quel rapace majestueux ! Quelques coups de pagaie plus tard, une loutre ne bouge pas et pense passer inaperçu.

C’est tout simplement magique de se fondre dans le décor et de se laisser dériver par le courant, tout comme le font les plaques de glace et de neige. Nous sommes éblouis et reconnaissants d’avoir pu observer autant d’animaux en si peu de temps dans un écrin naturel de toute beauté.

 

Canoe sur la rivière Kushiro, Hokkaido

 

Rivière Kushiro

 

Animaux Hokkaido

 

Rivière Kushiro

 

pyguargue empereur, Hokkaido

 

Le parc national de Kushiro Shitsugen abrite une autre espèce emblématique, la grue du Japon, qui niche dans le marais. Cet oiseau majestueux a bien failli disparaître au début du siècle dernier, victimes de la chasse. C’est notamment grâce à l’action d’un homme, Ito qui les a protégées et nourries durant les longs hivers rigoureux qu’elles ont pu être sauvées. Aujourd’hui, les recensements en compte près de 2000 sur l’île, ce qui est plutôt encourageant.

Nous partons donc au sanctuaire Ito Tancho dans le village de Tsurui pour en apprendre plus sur l’espèce et pouvoir les observer. C’est un vrai spectacle, telles des danseuses de ballet, elles captent tous les regards. L’espace de quelques heures, nous nous glissons dans la peau de Vincent Munier. C’est beau et on en oublierait le froid…

 

Grues du Japon

 

Sanctuaire Grues du Japon

 

Le ballet des Grues au Japon, Hokkaido

 

Observation des grues au Japon, ile d'Hokkaido

 

Sanctuaire Ito Tancho, Hokkaido

 

Les Grues du Japon

 

INFOS PRATIQUES | KUSHIRO

 

  • Où dormir dans les alentours? 

Hotel Tokachigawa Daiichi, Hokkaido, Onsen privative

Nous avons testé un joli hôtel avec onsen, une boulangerie sur le site pour un petit déjeuner délicieux, et des restaurants traditionnels et raffinés, c’était le Tokachigawa Daiichi, il n’est cependant pas à coté (un peu moins de 2h de route).

Nous avions une suite avec bain privée sur le balcon, vraiment sympa !

  • Où manger à Kushiro? 

Katte-Don rice bowl, Marché de Kushiro

On vous conseille le marché aux poissons de Kushiro pour manger local : goûter le Katte-Don rice bowl. Très simple, vous acheté un bol de riz blanc sur un stand que vous agrémentez ensuite de poissons crus et crustacés dans les étalages de votre choix. On paie à la pièce. Comptez dans les 15€ selon votre appétit pour un repas fondant dans la bouche. La fraicheur est incroyable. La variété est impressionnante (tout type de thon, saumon, merlu, des oursins, saint jacques etc etc). Hokkaido est partiulièrement réputé au Japon pour sa pêche et les produits de la mer sont omniprésents.

  • Que faire dans les alentours? 

– Excursion en canoë

TARIF  9 000 yen pp (environ 70€) incluant l’accompagnement du guide et de tout l’équipement pour 1h 1h30 de balade

PLUS INFO & RESERVATION contacter Mr.Hiraiwakushirocanoe@vesta.ocn.ne.jp (en anglais basique)

– Sanctuaire Ito Tancho, à Tsurui pour observer les grues du Japon, gratuit

SAISON octobre à mars

HORAIRE 9h-16h30 (horaire du centre d’interprétation, fermé les mardi et mercredi mais cela n’empêche pas d’aller voir les oiseaux)

 

 

 



 

Comment s’habiller pour l’hiver à Hokkaido?

Notre équipement

et nos conseils pour affronter le froid!

 

Comment s'habiller pour le Japon en Hiver

L’hiver est froid dans cette partie du Japon, proche de la Sibérie, dans les spots de montagnes, prévoir pour un -15/20 au pire des cas on dirait. Pas de panique, nous sommes tout de même loin des températures du Québec et ses -30/40°C mais il faut y être préparer.

On aime répéter ce dicton norvégien qui dit qu’il n’y a pas de mauvais temps, juste des mauvais habits…

C’est tellement vrai. Beaucoup nous avoue ne pas aimer l’hiver, le froid, mais quand on a les bons vêtements, on vous assure que cela n’est plus du tout un souci pour profiter des joies du plein air. Je suis très frileuse, pendant longtemps cela m’a pourri la vie en hiver. A Hokkaido cela ne m’a pas dérangé une seule fois, et pourtant on a eu des levers de soleil à -20°C.

Etat des lieux de nos valises !

1. Choisir une bonne veste parka pour tous les jours

 la parka SINGI, Fjallraven

Un vrai sujet ! Nous avons opté pour de la super bonne qualité, et pour ce projet au Japon nous avons été équipés par une référence dans l’outdoor, avec une parka Fjallraven, une très belle marque suédoise aux valeurs qui nous parlent.

Leur but ? Rendre les activités de plein air plus facile et agréable avec des produits fonctionnels, résistants, au look simple, mais intemporel tout en agissant de manière responsable envers la nature et les hommes. On a pris un modèle assez universel et très chaud: la parka SINGI Down qui passe partout, en ville, pour une balade en forêt ou autres.

Résultat : c’est une vraie barrière au vent, au froid, à l’humidité de la neige. A l’intérieur, on était au chaud et au sec par tous les temps ! Sa longueur était parfaite pour bien nous couvrir. Limite un poil trop chaude durant les belles journées, il faut vraiment jouer avec les sous couches pur adapter sa tenue aux conditions du jour et de l’activité !! Certes elle a un coût (après il existe d’autres modèles moins chers), mais autant vous dire qu’elle sera notre alliée pour les nombreux hivers à venir. Pour nous qui sommes souvent en montagne, elle sera bien utile !

2. Les sous vêtements techniques indispensables

Là non plus il ne faut pas faire l’impasse, nos maillots thermiques (collant et maillot corps à manche longue) ne nous quittent jamais, que l’on soit en trek au Népal, en sortie raquette, en bivouac en altitude ou pour dormir dans le van par une nuit froide et cela depuis 2016 !

On les a pris chez Odlo, en synthétique, ils ne bougent pas et font vraiment le job. Beaucoup préfèrent en mérinos, il faudra qu’on teste car c’est peut être plus agréable ? Pareil c’est un coût, mais un investissement sur des années. En plus ça ne prend pas de place dans la valise, alors on les prend toujours avec nous ou presque!

3. La règle des (sous) couches

  • Par dessus vos maillots techniques (cf ci-dessus), il vous faut une petite polaire bien technique, la mienne est de chez Eider, mais ce n’est pas les marques qui manquent.
  • Par dessus la polaire, on enfile une doudoune fine, compacte et technique, on a des uniqlo
  • Et enfin dernière couche, en fonction de vos activités et conditions météo, votre parka, Kway, ou veste gore tex.

 

> Pour le ski alpin, par temps glacial, on fait la totale (maillots thermiques, polaire, doudoune, veste de ski) parce qu’on se gèle vite sur les pistes.

> Pour une sortie ski de rando, en raquette ou autres, il faut ajuster car on fait un effort et le corps aura trop chaud !! Il faut que ça respire.

> Pour une balade en extérieur par temps glacial, avec nos parkas bien chaudes (cf ci-dessus), juste maillots thermiques et polaire suffisaient en général.

4. Une bonne tenue pour le snowboard

Burton Snowboard Japon

Pour le snow, quand LA référence dans le domaine m’a demandé de tester une tenue au Japon : Burton , j’ai tout de suite accepté le défi! (j’ai choisi l’ensemble AK (avec les motifs qui collaient parfaitement au Japon, le sens du détail svp) en GORE-TEX avec un pantalon SUMMIT + Veste 2L BLADE + moufles).  Certes cette tenue a de l’allure et vraiment ils ont beaucoup de choix (coloris, motif) mais j’ai surtout pensé « étanchéité » car cela faisait 3 ans que je n’avais pas chaussé une planche de snow. Je me suis dit que j’allais sûrement me ramasser plusieurs fois dans la poudreuse ! Bien vu !

Dans l’ensemble AK il y a une bande GORE SEAM qui permet de bien rester au sec. Comme ça j’étais tranquille. Je n’ai pas senti les rafales aux sommets, c’était bien agréable car il soufflait bien fort par moment…Pour les produits, ils sont certifiés Bluesign, c’est à dire que les matières sont conçues exclusivement à base de produits non nocifs pour nous et la nature, répondant à des critères exigeants pour la protection des ressources naturelles, la santé des consommateurs et des travailleurs, ainsi que les émissions d’air propre et d’eau durant le processus de fabrication.

Le but de Burton en 2020, être 100% durable.

5. Ne plus avoir froid aux mains !

Tellement marre d’avoir les doigts gelés… Pour commencer, fini les gants classiques et place aux moufles, ça va déjà mieux ! Après pour les jours les plus froids, les chauffettes dépannent vraiment.

On a acheté un petit stock sur internet (il y en a à Décathlon aussi) et ces trucs là sauvent la vie des gens comme moi !!

Max lui fait les photos et heureusement il n’a pas les mains bleus comme moi, il craint moins mais les chauffettes lui ont bien aidées à supporter le froid dans ces mitaines trop pratiques, mais pas faites non plus pour du -20°C !

6. Bonnet, tour de cou, chaussettes, bottes de neige

On a une collection de bonnets ! Un vrai accessoire mode aujourd’hui et un indispensable l’hiver, car la chaleur du corps s’évacue énormément par la tête !

Pour les activités en montagne, j’aime bien mon Cabaïa, car fourré en polaire. En ville, nos Pull In sont plus mode.

Avant on prenait des écharpes, mais c’était toujours un peu galère, trop grande, trop courte, il y avait toujours quelque chose. Maintenant on utilise un tour de cou en polaire, beaucoup plus pratique pour des activités outdoor.

Enfin, les chaussettes, un énorme sujet ! Ils les faut en laine de préférence et montantes pour ne pas se retrouver les chevilles à l’air dans les boots de snow ou en rando raquette. Je déteste cette sensation ! On aime bien celles de la Ferme du Mohair .

Et pour finir, les bottes, il est important de partir avec une bonne paire d’après ski pour mettre la journée, les trottoirs sont glissants, on peut aller se balader dans un champ de neige etc 🙂 A noter qu’au Japon, on a vu beaucoup de gens équipés de crampons amovibles, bien pratique cette histoire, ils achètent ça de la marque Montbell parfait pour emprunter un chemin verglacé!

Avec tout ça, vous devriez être au top pour votre voyage au froid!

 



 

NB: Pour compléter les informations et inspiration sur un voyage à Hokkaido, vous pouvez aller consulter les articles de Pauline du blog WorldElse qui a découvert l’ile au même moment que nous mais qui avait un itinéraire bien différent. L’ile est grande et pleine de trésors!

 


 

 

Alors vous, l’hiver à Hokkaido

Ca vous dirait?

 

 


Nous avons découvert l’île d’Hokkaido dans le cadre d’un reportage photo et vidéo pour l’office national de tourisme japonais. Comme à chaque fois, nous sommes totalement libres de ce qu’on partage avec vous. En espérant que notre expérience et conseils puissent vous aider à planifier votre propre aventure au Japon. 

 

Des bises, 

Elisa & Max

Rejoinez l’aventure sur Instagram, Facebook et Twitter

 

JAPON | 8 CHOSES À VOIR & À FAIRE SUR L’ILE D’HOKKAIDO
5 (100%) 9 votes

Pin It on Pinterest

Shares